Education positive. Positivons l’éducation. Mais arrêtons de nous torturer.

L’éducation positive. L’éducation bienveillante. Vous trouverez plein de mots qui décrivent ce nouveau mode d’éducation bien loin de ce qui se passait quand nous étions nous même enfants. Ce mode d’éducation très année 2 000 que nos parents ont parfois du mal à comprendre parce que « une fessée n’a jamais tué personne » et que « si on les laisse s’exprimer ils vont nous bouffer ».

SweetL est un livre de psycho à lui tout seul. Tu l’éduques pendant 10 ans et tu peux passer une équivalence Doctorat en pédopsy. Jusque-là, en 30 mois, il a traversé toutes les phases clefs du développement de l’enfant avec pertes et fracas, on en a bavé mais on le sait au fond de nous, ce qu’on vit aujourd’hui on ne le vivra pas dans 10 ans. On espère.

Je prône l’éducation positive, SweetL nous a prouvé à de multiples reprises que c’est ce qui marche et non pas ni la force, ni la petite violence ni aucune autre méthodes « d’un autre temps ». Il a bien entendu déjà pris de petites « fessées » sur la couche. Ce à quoi il a répondu avec ses mots d’enfant et ses grands yeux tous ronds d’étonnements « pourquoi taper Maman ? Interdit taper ». Oui en effet mon lapin, je t’apprends à ne pas taper et aujourd’hui, parce que je n’ai pas d’autres solutions, j’essaye de te faire taire en te tapant.

Je pense que l’éducation positive, bienveillante, a bien de bénéfices dans leur quotidien d’aujourd’hui mais surtout pour leur avenir, dans leur équilibre, leur confiance en soi et la personne qu’ils deviendront. Je me rappelle encore de l’incompréhension que je ressentais quand je prenais une gifle lors d’une réplique un peu insolente alors que je n’avais certainement besoin que de réassurance ou autre dialogue plus constructif. Mais il y a 30 ans c’est ce qu’il se passait quand les enfants répondaient. J’ai été l’ado que je ne souhaite à personne, celle qui n’a pas adressé la parole à sa mère pendant 1 an, celle qui passait ses soirées à pleurer dans son lit en se disant que forcément « personne ne m’aime sinon ma vie ne serait pas ce qu’elle est ». J’ai vécu une année horrible à être mal dans ma peau, à être la petite boulotte garçon manqué. Donc oui, je pense que l’éducation positive est indispensable. Appelez-la comme vous voulez, mais un enfant qui grandit dans l’écoute, la valorisation de soi et le respect de l’autre aura plus de chance d’être épanoui plus tard.

Sauf que l’éducation positive a parfois ses limites. Un enfant docile sera forcément hyper réceptif. Mais quand tu as le model « plus compliqué » il arrive forcément un jour où rien ne fonctionne, ni l’écoute, ni la parole. Il arrive forcément ce jour où à bout de force et d’énergie on craque, on crie, on hurle, on essaye de les contenir en leur faisant mal malgré nous parce qu’ils sont en train de se jeter la tête par terre.

Ce jour -à tu culpabilises parce que tout ce que tu as lu sur le sujet te revient en flash. Il avait besoin d’écoute et j’ai crié. Il avait besoin d’un câlin et je suis sortie de la pièce en claquant la porte. Sauf que ce qu’ils ne te disent pas dans les livres quoi faire quand t’as tout essayé. Quoi faire quand toi-même tu ne crois plus en rien, plus à aucune méthode d’éducation. Il m’arrive régulièrement de me dire « il n’est pas normal » ou « on a forcément quelque chose de mal puisque ça ne fonctionne pas ».

Nous, on a le model « compliqué». Il est bougeons certes, un peu polisson comme tous les enfants. Jusque-là, rien de bien dur à gérer. Mais il est compliqué dans le sens où par moment tout est compliqué, rien n’est fluide, tout passe forcément par une crise. SweetL est hyper sensible, la moindre émotion ressentie dans son petit corps se traduit par une réaction démesurée dans les larmes et les hurlements. Mettre ses chaussures quand ce n’est pas le « bon » moment prend souvent 15 minutes et se termine avec une crise de 30 minutes. C’est forcément toujours quand on est pressés/en retard/prêts à partir bosser que ça se passe donc le niveau d’écoute de notre côté est très faible et on monte vite en pression. Des exemples du quotidien de ce style je pourrais vous en citer des centaines. En fait, tout est compliqué, s’habiller, manger, marcher jusqu’à la crèche, prendre le bain, mettre une couche, en ce moment, et ce depuis des semaines, il ne veut RIEN faire de ce qu’on lui demande de faire. C’est une guerre perpétuelle. Et chaque jour on perd un petit bout de patience jusqu’au jour où la coupe déborde et là, c’est le drame, puisque nous même, ses piliers, on perd aussi pied et tous ses repères s’effondrent.

Je le vois ces jours-là, dans ses yeux, qu’il a peur. Peur qu’on ne soit plus ses parents, peur qu’on ne soit plus les figures inébranlables de sa vie. Et ce regard me renvoie une image de moi qui me fait peur. Et je culpabilise de plus belle.

Alors je pense qu’à ce moment-là il faut arrêter de lire tout ce qu’on trouver sur le sujet et qu’il faut se faire confiance même si c’est dur, même si on y croit plus.

Il faut leur faire confiance aussi, parce que les plus forts dans l’histoire c’est eux, c’est pas nous.

Et il faut se dire que cette période va passer et essayer, en attendant, de leur donner les meilleures armes pour sortir eux même de cette période de trouble.

Parce que j’en suis convaincue, si c’est dur pour nous de les voir se perdre, c’est encore plus dur pour eux. Ils ressentent 3 émotions différentes à la seconde, ils ne savent pas gérer, encore moins que nous.

Je n’ai jamais autant travaillé sur moi que depuis que j’ai SweetL. Et je le remercierai un jour de tout ce bien qu’il m’aura apporté dans ces périodes « difficiles ». Je n’ai jamais autant rêvé d’être une personne zen, qui prend tout avec calme et douceur. Mais je ne suis pas cette personne. Je suis nerveuse, je prends tout à cœur, trop à cœur. Alors avec lui j’apprends, chaque jour qui passe, la patience, l’écoute de l’autre et surtout le lâcher prise. Lâcher prise des « qu’en dira-t-on ». Lâcher prise du regard des gens. Lâcher prise de tout.

Je lui ai déjà dit des mots forts, trop forts. Des mots qui je pensais me feraient du bien pour lui faire du mal. Mais je ne lui ai jamais dit qu’il me faisait honte. Jamais. Parce que je suis tellement fière de lui.

J’angoisse souvent en pensant au futur, en me disant que s’il n’apprend pas à gérer ses émotions il sera torturé une fois adulte.

Mais je lui fais confiance et je sais que tout le travail qu’on fait aujourd’hui, toute la patience dont on peut faire preuve, ça l’aidera à se construire plus tard.

Mon petit garçon, je le sais, je l’espère, tu deviendras un homme respectueux des autres, qui aura confiance en toi-même et qui aura des valeurs inébranlables.

Education positive

Publicités

2 réflexions sur “Education positive. Positivons l’éducation. Mais arrêtons de nous torturer.

  1. Oui, cette nouvelle forme d’éducation est positive, évidemment, mais il ne faut jamais oublier que toute théorie n’est que ça, une THEORIE, et que sa réalité prend 1000 formes! Oui, écouter, encourager, accompagner c’est parfait. Ca aide et laisse l’enfant se développer au mieux. Mais rien n’est linéaire, des fois ça marche super, et des fois non – et ces fois là où les paroles ne suffisent pas, on finit par culpabiliser et se sentir démunies, moi c’est ce qui me gêne. Il n’y a rien de mal non plus à parfois gronder, crier, punir, quand on a le sentiment que l’enfant dépasse vraiment une limite (sans frapper ni humilier, on est bien d’accord!). Pour ma part j’ai reçu quelques claques ou on m’a crié dessus, aussi, enfant. Non, je n’aimais pas, mais oui, même à l’époque je savais déjà au fond de moi que ce que j’avais fait, mon comportement, méritait cette sanction, qui était juste, et je n’en ai jamais tenu rigueur à mes parents. Faire confiance à l’enfant, c’est peut être aussi lui faire confiance dans sa capacité à comprendre qu’il va trop loin et que papa et maman ont leur droit d’être énervés par son comportement. Mais évidemment, je crois que la clé c’est de laisser chacun faire comme il veut, et comme il peut!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s